Vivre la Nouvelle-Zélande en camper-van, à la recherche du spot ultime

Il faut se mettre dans la peau de quelqu’un qui sort de 4 mois d’Asie en budget backpacker.

Hier encore, il pinaillait pour 10.000 VND (0,30 €) le prix de sa soupe sur les trottoirs d’Hanoi. Il était fier de sa dernière trouvaille à Cat Ba : une chambre pour 4 personnes à 10 € la nuit au lieu de 12 €.

Se priver d’une pinte à 0,50 € lui donnait bonne conscience.

Il n’avait plus honte de chourer les savons et les sachets de thé des chambres d’hôtel.

Bienvenue à Auckland

Nouvelle-Zélande
Un feu d’artifice pour l’accueil. Ah, on est le 1er janvier ? Ok.

Aujourd’hui, cette même personne débarque à Auckland, Nouvelle-Zélande (NZ pour les intimes). Il ne le sait pas encore mais sa vie de backpacker vient de s’arrêter.

En effet, le backpacker n’existe pas vraiment en NZ. On lui préférera le terme de travailleur-baroudeur ou woofer.

Muni d’un visa jeune travailleur, de moins de 30 ans, il enchaîne les missions en alternant avec des semaines ou des mois de vacances.

C’est là qu’on le reconnaît : au volant de son mini-van restauré s’il est bricoleur, ou de sa vieille voiture, avec un matelas et 2 boîtes de conserves à l’arrière, il vadrouille à travers le pays grâce à ses économies réalisées.

On trouve bien quelques pur-jus : celles et ceux qui font du stop, trimballent leur tente et font du couchsurfing pour prendre la douche, mais là c’est carrément hors concours.

Pour en revenir à notre ex-backpacker revenant d’Asie, qui en fait, fait un tour du monde, et avec sa famille …. Bon ok on parle de nous. Cette famille backpackeuse n’est rien de tout ça.
Nouvelle-Zélande
Elle est trop vieille pour le PVT, trop nombreuse pour faire du stop et n’a pas envisagé une seule seconde d’acheter un van.

Prise en sandwich entre le mode woofer (qu’elle envie secrètement) et le mode dépenser-sans-compter (qu’elle envie secrètement), elle a donc loué un camper-van en se disant que c’est forcément le plus économique pour eux.

Et bien en fait : non, c’est une boucherie économique.

« T’avais qu’à venir hors saison ! »

Pas faux.

En Asie tu t’agaces à mettre la main à la poche toutes les 5 minutes, centime par centime. Ici tu fais pipi et randonnes gratos mais seulement après avoir casqué un max pour un logement et un moyen de transport.

Adieu rêve de vie modeste.

Un nouveau choc culturel

Ceci étant digéré, reprenons le fil de l’histoire … Après 4 mois d’Asie t’as pris des mauvaises habitudes :

Celle d’être assisté par exemple … En Asie, à peine poses-tu ton pied hors d’un avion, bus ou autres, que 19 propositions de prises en charge affluent. À Auckland, une fois débarqué on t’oriente … vers le téléphone pour contacter ton loueur de voiture … résultat, tu peux poireauter 1h30 si t’as mal compris le nom de la navette qui mène au loueur 😅.

Et celle de ne jamais faire la cuisine. En Asie, cuisiner est compliqué et plus cher que de manger dans la rue. En Nouvelle-Zélande, en camper-van qui plus est, tu fais tes courses et tu cuisines.

Enfin cuisiner est un grand mot : tu assembles de la semoule avec une boîte de tomates, ou bien tu coupes une carotte pour la tremper dans un houmous. Les grands soirs, tu ouvres un Merlot pour accompagner ta boîte de thon sauce cacahuète.

C’est un nouveau choc culturel qui t’attend en Nouvelle-Zélande : tu deviens un adepte de la décroissance.

Enfin, un décroissant qui brûle 15 L au 100 kilomètres. Donc tu n’es pas encore Hulot.

Quoique …

Tu fréquentes les laveries. Tu ne vas plus au restaurant. Tu te douches dans la rivière.

Tu te remémores ces bons bains chauds, avec mousse, musique et verre de sauvignon.

« Quand je pense qu’on a renoncé à 10 mois d’un confortable cuisine-canapé-terrasse pour se retrouver perdus au fond d’une tempête, entassés à 4 dans 2 m2, à réchauffer une soupe à la citrouille.  »

Tout ça est le prix à payer pour s’offrir la destination terrestre la plus éloignée d’Europe. 19400 km entre Brest et Chrischurch.

Mais qu’est-ce qu’on y voit ?

Un concentré de ….

Au nord sur la presqu’île de Coromandel, tu vois des splendides falaises un peu comme en Normandie.

Le long des routes du nord de l’île du nord, tu te sens en Ecosse avec ses vastes prairies ballonnées garnies de forêts et de lochs, pardon de lacs.

En traversant la région géothermique de Rotorua/Taupo, des odeurs et des couleurs Islandaises refont surface.

Nouvelle-Zélande
Et la traversée du Tongariro, ce ne serait pas une superbe copie du parc national du Teide à Tenerife par hasard ?

Et dans l’île du sud ?

Commence donc par l’ambiance Corse de la baie d’Abel Tasman. Cigales et eaux bleues inclues.

Le passage au sublime mont Cook, dont les glaces se reflètent dans le lac Pukaki, te rappellera la Suisse.

Une promenade aux Huka falls, et c’est un décor de gorges du Verdon qui s’offre à toi.

Si Annecy te manque, fait une halte à Wanaka.

Et je t’ai parlé de la so british Chrischurch ?

Et au bout du bout, dans le fjord de Milford Sound, c’est la Norvège non ?

« J’en sais rien, je n’y suis jamais allé »

La Nouvelle-Zélande, c’est un concentré d’Europe. C’est comme si tu prenais les meilleurs spots de montagne, mer, campagne, lac, volcans du vieux continent et que  tu les tassais dans les 268.000 km2 du pays (2 fois plus petit que la France métropolitaine).

Nouvelle-Zélande
C’est pratique pour en prendre plein les rétines. T’as qu’à rouler et mater.

—– petite musique douce —-

Comme au cinéma, les décors grandioses et sublimes s’enchaînent au rythme des virages. Les glaciers majestueux se reflètent dans les lacs d’un bleu cristal. Les prairies vallonnées, jaunes, vertes, tachetées de blancs moutons, se heurtent brusquement à un volcan menaçant. De puissantes cascades jaillissent à l’abri des forêts. 

—– fin petite musique douce —-

Et en camper-van alors : trouve-t-on le spot ultime ?

Ne fais pas de cachoterie, si tu t’intéresses à la Nouvelle-Zélande, c’est parce que tu as entendu dire que c’était un paradis, fait de nature et de bons spots pour en profiter.

Tu veux des spots ultimes pour l’apéro et le réveil ?

Alors, le spot idéal pour camper pourrait se définir comme l’addition de tous ces éléments :

  • Une vue panoramique incroyable,
  • Un bout de terrain plat pour ne pas se casser le dos en 2 pendant la nuit
  • Pas trop de monde autour de toi, mais quand même un peu, pour y rencontrer des gens cools
  • Bien sûr … Pas de vent ou de pluie,
  • Un lac ou une rivière pour la petite toilette du soir et le plongeon du matin, et distraire les enfants
  • Des toilettes à disposition (même si on apprend à s’en passer)
  • Pas de mouches des sables (sandflies), qui te ruinent ta soirée, puis ta semaine à te gratter
  • Pas de bruit autre que les vagues et les oiseaux
  • Gratuit

Et bien, sache qu’il est assez facile se trouver un spot quasi-idéal. Par exemple, si tu es de passage au mont Cook, le spot idéal s’y trouve à 60 km sur la route 8 au bord du lac Pukaki. GPS -44,1839430, 170,1506452.

C’est là où le choix du mode camper-van prend toute sa substance. Devant toi, une vue de carte postale mais en vrai. A ta gauche, un lac qui reflète la lumière. A ta droite quelques arbres qui soufflent le bruit de fond.

Avec toi, ta famille, tes potes, tes voisins.

Nouvelle Zélande
Ici bon spot : 2 jours d’arrêt

Le rituelissime apéro n’a jamais aussi bien porté son nom. Que ce soit avec un reste de cacahuètes et une bière bon marché ou avec un petit blanc, fromage, houmous, le goût n’a pas d’importance.

C’est la couleur du ciel qui donne la saveur à chaque gorgée.

« Ce moment seul est succulent. Partagé, il devient exquis. »

Après un dessert en forme de ciel étoilé, place à la douce nuit … Et surtout au doux réveil. Le café instantané a vraiment un bon goût lui aussi. Le pain de mie également.

Et que dire de ce bain frais, voire très frais. C’est fou comme 1 minute dans l’eau suffit à changer une journée. C’est comme une flash-revivification.

Voilà la séquence « spot ultime » : tu as les yeux remplis, l’esprit apaisé, tu es frais comme un gardon … Il est temps de prendre la route.

On the road again.

Que faire entre 2 endroits de rêves ?

La Nouvelle-Zélande est réputée pour ses activités à sensations fortes. Ici a été inventé le saut à l’élastique. Les  endroits pour sauter en parachute ne manquent pas.

Chaque village a son héliport. Le kite surf s’apprend de père en fils. En haut de la sky tower (Auckland) … tu marches dans le vide à 200 m.

Ah. Et si j’ai le vertige et je nage comme un pied ?

Évidemment tu randonnes ! Non content des paysages que t’offre la route, tu enfiles tes pompes et tu te lances à l’assaut des trésors cachés.

A la cool sur les innombrables balades, en mode autonome avec ton bivouac dans le dos ou en mode journée sur de célèbres sentiers.

Nouvelle-Zélande
Genre de carte postale accessible en 1h (Glenorky)

C’est vrai qu’il n’y a pas meilleure méthode pour savourer une bière que de se faire la Tangariro Alpine Crossing (île du nord au sud du lac Taupo), fan de Hobbits ou non.

Nouvelle Zélande
Ou encore l’ascension du Roy’s peak (île du sud, Wanaka) : 2h30 d’ascension à se péter le coeur sur 1000 m de dénivelé, pas un arbre, plein sud.

Au fait tu ne m’as ni parlé de culture Maori, ni de rugby ?

Alors en janvier, c’est les vacances, alors pas de rugby. Et les « villages authentiques Maoris », on n’a pas osé (pour ne pas dire qu’on ne le sentait pas).

Bilan

Voilà, raconté de façon décalée, comment nous avons vécu nos 37 jours de Nouvelle-Zélande, dont 30 en camper-van.

Nous avions parfois du mal à trouver notre rythme, à choisir les directions. Certains endroits nous ont scotchés, d’autres laissés de marbre.

Mais au final, et encore plus avec le recul, nous avons vu, vécu, senti des choses incroyables. Des choses si simples en apparence, mais si rarement accessibles.

Un glacier qui se reflète dans un lac, une étoile filante qui traverse le ciel. Un volcan qui joue à cache cache avec les nuages.

Nouvelle-Zélande
Un iceberg qui s’échoue

C’est comme un conte en carte postale que nous aurions vécu en vrai.

« Des choses merveilleusement simples. »

Et toi ? Si tu as une expérience différente. Si tu sautes en parachute, voles en hélico, fais du vélo, danses le haka … STP laisse une trace en commentaires de cette Nouvelle-Zélande que nous ne connaissons pas.

Bon voyage .

3 commentaires

  1. Quand on pense qu’on hésitait à s’acheter des t-shirt à 200 baths (2,50€) pour économiser et qu’on est arrivés en Australie, qu’on a dû aller s’acheter un pull basique à Target pour 25$, je ne peux que partager votre peine ! Chouette article, on a vraiment hâte de découvrir ces paysages !

    J'aime

Laisser ici votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s