Fil d’actualité des 300 jours du monde

Nous sommes actuellement en Colombie, à Cartagena sur la côte caraïbe.

Jour 279: 20 mai

Matinée de repos, routine école, le tout rythmée par les musiciens militants qui s’animent sur la place publique et qu’on entend de chez nous.
[fin de la journée à venir]

Jour 278: 19 mai

Journée de voyage vers Cartagena. On devait arriver à 10h, nous arrivons à 16h. La route n’en finit pas, on prend des détours, on s’arrête souvent, on est coincé dans les bouchons des péages ou barrages de policiers. On croise un village bien pauvre sous la pluie, presque inondé. Son stade de foot tout neuf et coloré donne un contraste presque gênant.
On arrive enfin a Cartagena, pour découvrir la ville avec Natacha, Sarah et Sacha (7 ans) de LovesMakesFamily (précédemment rencontrés au Cambodge et Nouvelle Zélande). On est très content de les revoir.
Cartagena a une histoire bien triste, anciennement réputée pour le commerce de l’esclavage. Aujourd’hui très touristique, la ville fortifiée est très animée. Surtout en ce dernier week-end avant les élections présidentielles de dimanche prochain. Les militants sont en meeting sur la place tout le week-end.
On découvre le port et ses beaux bateaux, les remparts et ses canons, la place de l’horloge et ses spectacles de danse. Les habitants et leurs danses ont clairement des origines africaines. Une joie de vivre communicative.
Soirée tranquille au resto, Yann et Lou jouent avec Sacha, on discute avec les filles. Parfait!

Colombie

Jour 277: 18 mai

Aujourd’hui nous partons en bus pour le village de Barichara avec Aurore.
Dans ce village le temps semble s’être arrêté. On arrive à la sortie de l’école. Mais beaucoup d’enfants ou jeunes ados ne rentrent pas directement manger chez eux, il est midi, ils s’assoient sur la place principale, discutent, attendent. Tout le monde s’assoit sur cette jolie place ombragée face à l’église. C’est paisible. On fait pareil.
Claudia, une colombienne vient discuter avec nous : religion, santé, éducation. Elle nous demande de raconter comment c’est dans notre pays. Notre système de sécurité sociale et d’école gratuite et diversifiée l’intéresse. Ici la santé coûte chère aux familles qui doivent financer elles-mêmes. Et il manque cruellement d’école et d’université. Elle est très croyante et fait partie d’une association chrétienne. Elle dit que de nos jours les jeunes croient plus en la technologie qu’en dieu. Une rencontre très intéressante, dommage que notre niveau d’espagnol ne nous permette pas de mieux développer nos idées. Claudia est ravie aussi de notre rencontre et retourne s’assoir tranquillement sur son banc avec ses amies.
On va déjeuner à Filomena, dans une cour bucolique adorable : des photos originales, une décoration colorée avec des objets anciens (machine à écrire, à coudre, vieux téléphone, vieille radio…), un chariot avec des jeux d’enfants.
Ensuite nous prenons un tuk tuk avec guide, tout beau comme au Sri Lanka, pour visiter la ville. C’est juste génial de refaire du tuk tuk. Aurore n’en a jamais fait, elle est conquise. Notre guide est adorable, il parle doucement en espagnol, prend son temps, nous explique et nous montre la ville (ses eglises inclinées selon la pente du village, son cimetière connu pour ses sculptures en pierre, sa fabrication de papier artisanal avec des fibres d’ananas ou de ficus, ses maisons traditionnelles couleurs blanches et café pour les fenêtres faites en terre compactée…). On reste aussi un long moment à observer la vue incroyable, vertigineuse sur la vallée et le début du canyon vu la veille. C’est superbe, on fait plein de photos au bord du ravin. On a du mal à quitter l’endroit. Une visite tranquille, parfaite, une pause.
Nous rentrons envoûtés par cette jolie ville.
Ce soir, on part pour Cartagena en bus, on nous annonce 14h de voyage.

Colombie

Jour 276: 17 mai

Ce matin nous allons au parc de Chicamocha voir le canyon du même nom conseillé par Paola, l’amie de travail de Manu qui est colombienne. La route d’une heure en bus est fantastique. Les virages sont parfois très secs et il faut s’arrêter pour laisser passer un camion. Ou au contraire très raides et les camions sont presques à l’arrêt, parfaite occasion que le chauffeur ne manque pas pour doubler. Le record est de 10 camions doublés dans une montée en virage (heureusement la vue était bien dégagée 😅). On roule ensuite sur une crête et la vue est splendide des 2 côtés, on ne sait plus où donner de la tête.
Le parc est un peu cher (15€ adulte et 9€ enfant), mais l’attraction principale est un très long télécabine qui vaut le coup. La télécabine nous plonge literallement dans le canyon avant de remonter sur le flanc opposé, la balade dure 30 min aller. Un voyage grandiose.
Nous sommes en basse saison, il y a très peu de monde et un soleil radieux. Parfait! On visite ensuite un peu le parc, dont un monument historique sur la révolution colombienne complètement fou: énorme il représente 32 statues sur un bateau qui surplombe la belle vue. Impressionnant. Il y a des attractions à sensation forte (parapente, tyrolienne très haute, balançoire extrême) mais nous ne tentons pas. Retour à San Gil, on passe chez le coiffeur pour Yann et Lou. Puis on rentre à l’hôtel pour un tranquille repas de croque monsieur maison! On rencontre Aurore, française en tout début de son tour d’Amérique du Sud (1 semaine sur 1 an). Nous l’envions beaucoup, nous qui sommes dans notre dernier mois 😣. Nous discutons voyage et décidons d’aller visiter demain ensemble.

Colombie

Jour 275: 16 mai

Fin de matinée rafting pour faire honneur à cette ville connue pour ses sports extrêmes. Il y a des rivières de niveau IV et V mais avec les enfants nous nous contenterons du II et III. Mais nous allons quand même vivre « la aventura colombiana ».
– Etape 1 : aller.
Après seulement quelques minutes de routes la police fait barrage et arrête toutes les voitures. Nous inclus. Le policier regarde les papiers puis fait le tour du van qui tire le bateau. Il ouvre la porte, nous questionne. Ok nous avons oublié nos photocopies de passeports, mais Mumu connais son numero par cœur, ça passe. Il nous filme en train de décliner notre identité. 🤔 Par contre les papiers du véhicule ne semblent pas en règle. Il manque un papier 😅, peut être lié au transport d’enfants. Et là ni une ni deux, sans pitié, une remorqueuse sort de nulle part et se gare devant nous 😣 et commence à accrocher le van. On sort du van et attend sur le trottoir. Ils décrochent le bateau. Yann est en stress 😫 car la police embarque aussi 2 motos, puis le camion derrière nous… Une voiture vient nous chercher et on continue vers la rivière…
– Étape 2 : rafting.
On s’équipe, gilet, casque, crème solaire car il fait un soleil radieux. On s’installe à l’avant du bateau. Les petits à côté, ils nous tiennent par la jambe.
Et c’est parti. Yann trouve ça trop lent, attend on apprend à manœuvrer: adelante, uno, dos, alto, stop. Muy bien. Excellente.
Et là les rapides arrivent. adelante, un, dos. une vague, deux, on saute, on se mouille, on rigole 👍😁. alto, stop. pause pour les bras. On passe en mode nage. On se jette à l’eau. Yann et Lou très rapide car trop froid, Mumu et Manu un petit moment très marrant. On remonte pas très élégamment – [la scène a été filmée mais n’apparaîtra pas sur le montage… 😋 ] – Petite séance de rapide, on est coincé en bas d’une petite descente qui nous éclabousse, remplit le bateau d’eau, re-eclabousse, re-remplit… 😆. Yess on est sortit. Dernier jeu en marche arrière, on change de sens. Ça saute plus! Muy bien, excellente! Oh Déjà fini, ça passe trop vite. Merci c’était top. A refaire! Ah pas en France avant les 7 ans… oups, dommage.
– Étape 3: retour avec une petite charade. Mon premier est une voiture qui est venue nous chercher, petite, peu puissante comparée au van. Mon deuxième est la ville de San Gil, faite de plusieurs pentes très raides. Mon tout est tout le monde qui descend sur la route pour pousser la voiture dans la montée 😋.
– Bref, l’aventure 😁.

Midi foot devant la télé : Atletico Madrid contre Marseille en finale de la ligue Europa.
Après midi sieste et jeu puis soirée resto.

Colombie

Jour 274: 15 mai

Nous errons dans la ville une dernière fois. En semaine la ville retrouve son calme, moins de voiture, moins de touriste, et avec le soleil qui revient, tout le charme des petits villages.
Cet après midi, on va à San Gil (3h de trajet, 2 bus). Notre prochaine destination San Gil, ressemble au mot français « Saint Gilles », jolie ville de Vendée où habitent papi et Mamilaine. Mais non on ne rentre pas en France tout de suite. Encore un mois 😆.

[récit du trajet épique, de 6h et non 3, à venir]

Colombie

Jour 273: 14 mai

Ce matin après l’école (les petits progressent en lecture, ils lisent des mots difficiles comme ‘ouragan’, ‘toucan’, ‘saxophone’, ‘poivre’), on prend un taxi pour aller au musée El Fosil. Visite très intéressante sur les fossiles, dont le plus incroyable est un immense Kronosaure, mammifère placentaire aquatique, de 12m de long datant de 115 millions d’années. On marche ensuite sur un joli chemin avec vue panoramique sur la ville jusqu’à la maison Terracota. Une maison « folle » comme on les aime (cf. celles de Da Lat au Vietnam où on s’était bien amusé). La maison est en argile, de l’architecte Octavio Mendoza, aux formes arrondies rappelant le style de Gaudi, ses pièces en enfilades forment un joli labyrinthe, avec des terrasses vertigineuses. Beau terrain de jeu! Au retour il pleut 😣🌧 mais un gentil colombien nous ramène en voiture. Merci 👍😃. Après le gouter on profite d’une éclaircie pour visiter la ville de jour. Les maisons sont charmantes, recouvertes de chaux bien blanche, avec de jolies fenêtres et balcons en bois. Les routes authentiques sont en pierre! La place principale est la plus grande de Colombie: 120 mètres par 120 mètres!
Soirée au resto avec musique live.

Colombie

Jour 272: 13 mai

Matinée tranquille avant d’aller à Villa de Leyva, notre prochaine étape à 3h de bus.
Aujourd’hui, c’est la fête des mamans en Colombie (ce sera le 27 mai en France!). Yann et Lou font de jolis dessins pour Mumu.
En arrivant à Villa de Leyva, nous faisons un agréable tour de ville. C’est très animé: beaucoup de monde dans les rues, estrade avec musiques et danses traditionnelles, magasins touristiques ouverts et nombreux. Demain est férié et aujourd’hui est la fête des mères, les colombiens sont en week-end! On va manger dans le convivial et délicieux petit resto Kumina. Crayons et dessins pour les enfants 🤗 bel accueil. On déguste 2 jus frais (corozo et xxx) ainsi que des petits encas typiques: patacon (galette de banane plantain frite avec 3 sauces tomates et 2 fromages de chèvre), xxx (beignets avec viande et fromage), xxx (galette de maïs garnie de viande et oeufs).

[nom des plats à venir très bientôt.]

Colombie

Jour 271: 12 mai

Ce matin, il fait un beau soleil. Super! Ça fait du bien après 4j de pluie, on se sentait humide jusqu’aux os… toujours froid pour Mumu la frileuse. D’où la remarque de Yann: « c’est nul d’être une maman on a toujours froid ».
On décide donc de monter au Montserrate. La colline de Bogota. On prend un funiculaire à l’aller et le téléphérique au retour. Très sympa voyage de 600m de dénivelé très…trop rapide. On passe de 2500m d’altitude à 3100m. Un peu le tournis en arrivant en haut le temps de se rehabituer à l’altitude. Notre record est à 4520m, on gère. La vue est incroyable. Des faux airs de notre vue de Santiago du San Cristobal, mais il nous semble que la ville est plus étendue.
L’après midi Mumu, part en shopping mais les prix sont plus élevés qu’attendu, 9€ le moindre vêtement. Elle se rabat sur le coiffeur qui ne coûte que 3€. Bizarre cette différence de prix, où une jupe coûte 3 fois le prix d’une coupe de cheveux.
Après la sieste tout le monde repart en ville dans la fameuse carrera 7 (avenue piétonne), la plus animée de Bogota: spectacles de rue (danse, musique, personnages déguisés) et vendeurs de tout et n’importe quoi (lingettes bébé, vignettes panini de la WorldCup de foot 2018, des kits mains libre à moins de 1€, des stickers de la tour Eiffel…).

Colombie

Jour 270: 11 mai

Manu part faire un Free Walking Tour. Alors un free Walking tour est une visite guidée à pied d’une ville avec un thème fil rouge (histoire, gastronomie…). Ça n’a de free que le nom puisque le « pourboire minimum conseillé » est carrément écrit sur le flyer.
Dans cette visite le thème était un hommage appuyé aux héros colombiens, morts sous les balles des narcos, des guérilleros ou autre barbouzerie politicienne.
On ne va pas faire un roman ici mais sache qu’un colombien sait ce que veux dire PAIX.

Colombie

Jour 269: 10 mai

Après un magnifique lever de soleil dans l’avion et 6h de vol, nous arrivons à Bogota à 11h, heure locale, -2h par rapport au Brésil. Nuit trop courte.
On visite Bogota qui nous plonge directement dans l’authenticité. La magie opère, on est charmé, ça promet.On va au musée Botero, artiste célèbre colombien. Il est connu pour ses personnages rondelés. On adore sa Monalisa et ses danseurs.
Soirée au resto « Gato Griz », très bon.

Colombie

Jour 268: 9 mai

Nous partons en bus pour l’aéroport de Sao Paulo : 1h30 pour Curutiba, puis 6h30 pour Sao Paulo, puis un taxi pour l’aéroport. Tout s’enchaîne bien, nous arrivons à Sao Paulo, mégalopole immense. Nous n’aurons pas le temps de la visiter mais les infrastructures sont grandioses: routes à 6 voies ou plus lors des jonctions, ponts de métro haut et long, buildings à gogo, aéroport à 3 terminaux de 3 étages.
Nous faisons un dîner gargantuesque au buffet à volonté délicieux du 1er étage à « Rascal » du T3 : saumon mi-cuit au pavot, ceviche (poisson cru mariné) au gingembre, fromages italiens, saumon grillé aux herbes fraiches, olives énormes… etc… humm…il y a même un bar à epices… on dort sur des chaises à l’aéroport, mais au moins on s’est régalé 🍷🍽. On n’avait pas aussi bien mangé depuis le restaurant à Foz de Iguassu avec papi.

Brésil

Jour 267: 8 mai

Zut la danse anti-pluie n’a pas marché. Sauf si ça a marché en France, en ce jour férié français ça serait bienvenue. Tant pis, pas de rafting pour nous, à la place c’est jeu d’échecs, domino, école et blog (plusieurs articles à venir: publication du fil d’actualité remis dans l’ordre, Patagonie, les premières fois de Yann et Lou, et nos rencontres.)
Il pleut, il pleut bergère…🌧🌧🌧 … sans s’arrêter… toute la journée… 🌧🌧🌧
Petite marche de 10 minutes entre les gouttes dans la jungle pour Mumu: « c’est impressionnant de marcher seule dans la jungle, même tout près de la maison, on est envahie par l’ambiance sombre, la pluie qui nous surprant, un oiseau qui chante et nous fait sursauter… non non il n’y a pas de serpent si près des maisons… enfin j’espère 😅. Moment stressant et envoûtant: le vert des feuilles, le rouge des fleurs, le marron de la boue, le gris du ciel qui perce à peine au travers des arbres ». Dommage qu’on n’ait pas pu en voir plus!Demain le soleil est censé revenir, mais nous devons partir pour notre vol de après-demain 5h du matin (Nuit à l’aéroport de Sao Paulo en perpective).

Brésil

Jour 266: 7 mai

Matinée tranquille avant d’aller chez Luis. Nous nous installons dans notre jolie cabane au milieu de la jungle. Malheureusement le temps n’est pas avec nous. Il pleut ⛆… voilà une bonne excuse pour faire la sieste 😉. En soirée, nous programmons la journée du lendemain: rafting puis petite marche dans la jungle… si le temps le permet… ⛆😭 ou ☉😃 ?

Comme il nous reste encore plus de 30 jours de voyage, nous avons décidé de faire un pays supplémentaire. C’était trop triste de se dire qu’on était déjà dans notre dernier pays. Ceux qui sont abonnés au blog, ont reçu notre Newsletter, et ont joué pour deviner notre destination « andine avec une côte caraïbe ».
Réponse : Ce n’est pas le Venezuela. Nous allons en Colombie. Nous y resterons 28 jours, puis nous reviendrons au Brésil pour finir en beauté à Rio. Décollage le 10 mai pour Bogota 🛫.

… donc si quelqu’un connait une danse pour faire arrêter la pluie c’est le moment 😉 juste pour quelques heures demain 8 mai entre 8h et 16h, GMT-3, pour notre rafting et balade. Même un peu de nuage ☁⛅ on prend, mais pas de pluie tropicale, merci. Ensuite, on prendra le chemin de l’aéroport, tant pis si il pleut pendant quelques jours 😆.

Jour 265: 6 mai

Ce matin nous prenons le bateau pour Paranagua puis le bus pour Morretes. Le bateau est tranquille comme à l’aller, maid comme nous allons un peu plus loin, nous découvrons de jolis paysages: des îles de mangroves, des îles plus habitées et le joli port de Paranagua.
Arrivés à Morretes, on retourne dans la guesthouse très sympa « Hospederia Solar de Maria ». Le soir nous allons à la fête « Feira agricola » pour manger et écouter de la musiYque. Le groupe sur scène joue de la musique pop américaine… où les musiciens s’ennuient un peu, la chanteuse prenant tout l’espace… on ne va pas progresser en musique brésilienne, Dommage. L’ambiance est sympa.
Demain, nous allons dans la jungle, chez Luis, pousada conseillée par la Malakfamily.

Brésil

Jour 264: 5 mai

Pour notre dernière journée complète sur Ilha do mel, nous allons voir la grotte, attraction du coin. Elle est petite et donne directement sur la plage, ce qui st impressionnant à marée montante pour Mumu qui est claustrophobe. On ne s’attarde pas et préfère aller jouer dans l’eau avec les 2 mini planches que notre hôte nous a prêté. Yann et Lou sont doués et glissent à plat ventre sur les vagues. Belle rigolade! On reste aussi un long moment à regarder les kytesurfer s’entraîner et les brésiliennes defiler en nombre en ce début de week-end sur la plage. Les filles sont décomplexées, en maillot string bikini, ou robes transparentes, elles laissent voir leurs formes avantageuses (ou non d’ailleurs…😆) et leurs tatouages. Déjeuner du midi avec vue mer dans un des nombreux restaurants « buffet livre » où on se régale à volonté pour 6€/personne (gratuit pour les enfants). Avec la vue c’est cadeau! Après midi baignade et coucher de soleil apéro au supermarché, qui met à disposition des tables et des chaises face à la mer, et a des bières pas chères (à moins de 1€). Qui dit mieux ! 🍻 La marée est montante, on rentre avec les pieds dans l’eau tellement les terrasses sont en bord de mer!

Brésil

Jour 263: 4 mai

Après la routine école, nous partons (un peu plus tôt, à 10h) pour visiter le fort de l’île à 3km de notre pousada. La promenade est très agréable sur la plage quasi déserte. Arrivé au fort, on joue avec les canons et on passe un long moment à la bibliothèque du fort 😉 Les enfants sont en manque de livre et se régalent. On trouve même une BD en français de Cousteau. C’est l’occasion pour Mumu et Manu de monter chacun leur tour au mirador, profiter au calme de la belle vue. C’est splendide! Ensuite, un bon bain pour se rafraîchir. Puis, on rentre pour récupèrer nos sacs et prendre le bateau pour changer d’hôtel (moins cher et de l’autre côté de l’île à Encantadas). En attendant le bateau, on va manger (assiettes copieuses à 6€ de poisson ou poulet, avec riz, haricots rouges, frites et crudités, et oui.. l’accompagnement n’est pas au choix, y a un peu de chaque) et regarder encore des livres à la bibliothèque du port. Journée livres donc 😆.

Brésil

Jour 262: 3 mai

Après la routine école, nous partons (un peu tard, à 11h) pour visiter le phare de l’île à 3,5km de notre pousada. Les 40 premières minutes sont supers, on marche sur la plage sauvage puis sur un chemin ombragé un peu dans la jungle. Puis, Yann commence à avoir faim, et n’avance plus. En restant statique il attire tous les moustiques; ce qui empire sa mauvaise humeur. OK, on cherche un resto. Pas mal de resto sont fermés hors saison… On en trouve finalement un face à la mer sur la Praia de Fora. Génial! Rassasiés nous allons sur la plage, le fort est tout près… on ira après la baignade. En chemin, on croise d’immenses rochers lisses; parfaite occasion de faire de l’escalade. Les petits sont très doués et agiles. Puis, on monte au phare pour profiter de la magnifique vue. L’ilha do mel, l’île au miel, est un peu comme 2 presqu’îles collées. C’est très beau de voir l’océan entourer cette petite île.

Brésil

L’atout principal de cette île est l’absence de voiture et de scooter, on croise seulement des vélos (et un vélo électrique). Les habitants utilisent des charrettes pour transporter leurs affaires. C’est d’ailleurs amusant de regarder la vie du petit port où débarquent habitués et touristes.
Nous restons un long moment à observer l’océan Atlantique. Et oui, nous sommes juste de l’autre côté de l’océan par rapport à la France, fini l’océan Pacifique tant parcouru, nous revoilà face à ce bon vieux Océan Atlantique si familier… qui nous rapproche de chez nous en France…
Magnifique coucher de soleil au retour de la balade.

Brésil

Jour 261: 2 mai

Ce matin il ne fait pas beau, on en profite pour faire l’école, puis un footing pour Manu et une séance d’abdos pour les autres. Après midi plage, le ciel est gris mais il ne fait pas froid. On est quasi seuls sur cette immense plage sauvage, de sable blanc, si fin qu’on dirait de la farine et qu’il grince sous nos pas.

Jour 260: 1er mai

Ce matin, on traîne : bon petit déjeuner, jeux d’enfants dans la guesthouse (trampoline, balançoire, dinette), blog. Cet après-midi on va à Ilha do mel en bateau. Il y a un groupe de bresiliens sur le bateau, ils sont très funs : bière, selfies, conduite du bateau, jeu avec Yann et un crabe… les brésiliens ont gardé leur âme d’enfants. Nous arrivons sous le soleil pour une marche d’un km qui parait bien plus dans le sable avec les gros sacs. Nous traversons l’île et observons la plage des 2 côtés sur le bras (très beau) qui forme comme 2 presqu’îles au lieu d’une seule île. Notre poussada est très confortable à moins de 50m de la plage. Génial ! 3 jours de vacances commencent… on se pose et on savoure.

Brésil

Jour 259: 30 avril

Ce matin, on part faire une belle promenade. Nos objectifs : marcher sur les rails, voir quelques trains passer et faire de l’escalade pour voir une belle vue sur le chemin Rochedinho. Notre hôte nous fait taxi (pour pas trop cher) et nous emmène au début de la randonnée, il revient nous chercher dans 4h. Par contre il nous avait dit qu’on serait à 1km de la station de train, or on est à 3,6km… oups…. Bien plus long que prévu. Sachant que le chemin qu’on voulait faire est de 2km aller ensuite, ça risque de faire trop. En plus le chemin est tout en montée 😅. On ne se démonte pas et avance. Le chemin est large au milieu de la jungle. On voit beaucoup d’arbres recouverts de plantes parasites, de lianes, de mousses. Un mini mini serpent passe devant nous. Ça monte… ça monte… sans répit. Lou craque, petite crise… on la calme et on repart, on arrive enfin à la station de train. Juste à ce moment un train de marchandises arrive, génial, on filme et fait plein de photos. Et hop il s’arrête. On continue 1km pour arriver à la 2eme station Marumbi. Et encore de la chance, un autre train de marchandises arrive et s’arrête aussi. Il y a un train comme abandonné, l’occasion de jouer un peu. On s’enregistre à l’entrée du parc et à ce moment le train de voyageurs que nous avons pris la veille arrive. C’est pour cette raison que les trains de marchandises s’arrêtaient aux gares, pour laisser passer le train de voyageurs. Il est déjà presque midi, on doit redescendre sans avoir le temps de monter le dernier km, car notre hôte nous attend dans 1h30. Le premier train de marchandises repart, il est incroyablement long, on compte 40 wagons alors qu’il était déjà bien avancé… il doit donc en avoir au moins le double, disons 100. Yann compte qu’il a 12 roues par wagons, ça fait plus de 1200 roues par train… wahou. On continue à descendre. Courage ! Les enfants jouent à faire rouler des pierres et courir derrière. On avance bien. Et 600m avant l’arrivée, Lou maladroite jette la pierre sur Yann… en pleine tête. Heureusement plus de pleurs 😭 que de mal, mais Yann ne veut plus marcher. Et Lou est vexée 😳. On les porte jusqu’à l’arrivée. On arrive pile à l’heure en sueur, il fait chaud et humide. Les enfants auront marché 9km sur les 9,6km, c’est déjà pas mal, surtout que ça montait beaucoup.
La journée est loin d’être finie.
On doit aller jusqu’à Pontal do Sul et il faut 2 bus. Notre hôte nous dépose gentiment à la gare de bus. On attend 40 minutes le premier ; puis 50minutes de bus pour Paranagua ; puis on attend 50 minutes pour le bus qui mettra 1h30 pour Pontal do Sul. Le bus est blindé, les gens sont debout, heureusement nous étions en avance et sommes assis, mais avec les enfants sur les genoux car on a laissé la place à une maman qui allaite (comme quasi toutes les mamans d’ailleurs. .. les biberons sont rares en Amérique du sud) et une vieille dame. Il fait une chaleur incroyable, surtout avec Yann et Lou qui font chauffage sur les genoux ! En arrivant on va au restau, mais il est tard, les enfants sont fatigués. On a droit à une belle crise de Lou 😂… vite un doggy bag et au dodo….

Brésil

Jour 258: 29 avril

Ce matin on prend le train touristique de Curitiba – Morretes. A l’arrivée à la gare, c’est la cohue, plus de 2000 voyageurs (25 wagons) attendant le seul train de la journée. Avec nos gros sacs on a du mal à circuler et on fait tâche. Personne n’a de bagage. Tout le monde fait l’aller retour dans la journée. C’est vraiment hyper touristique, on a même une guide dans le wagon. Mais elle parle que portugais et on comprend 1 mot sur 30 d’après Manu et 20% d’après Mumu… on triche un peu car nos voisines parlent anglais et une des 2 traduit de temps en temps pour l’autre. Le train roule lentement 30km/h. On voit un barrage, une cascade, des maisons abandonnées, on passe un magnifique pont qu’on revoit ensuite de loin, on est au bord de la falaise au milieu des montagnes grandioses. C’est vertigineux par endroit quand on se penche à la fenêtre. On voit les montagnes, et on traverse la jungle. C’est agréable.
On se remémore notre premier voyage en train au Sri Lanka. On était debout entre 2 wagons portes ouvertes. C’était grandiose aussi à flanc de montagnes. Que de ressemblance mais aussi de différence : authentique versus touristique; portes ouvertes versus fenêtres qui s’ouvrent peu pour la sécurité; debout versus confort assis avec guide et boisson; premier pays du tour du monde versus dernier… que de mélancolie 😟… la boucle semble bouclée? Il nous reste 40 jours.

Brésil

En arrivant à Morretes, on rejoint notre poussada familiale, où on est très gentiment accueilli. C’est la fête agricole au village. On mange le plat traditionnel « borreado » (viande cuite très longtemps et mélangée avec de la farine… jusqu’à ce qu’on puisse retourner le plat au dessus de notre tête), pas transcendant (un peu trop salé) mais l’ambiance familiale du restau rend ce moment très agréable. Petit verre de cachaça maison à la banane en digestif 😉. Après midi tranquille au bord de la rivière et soirée à la guesthouse.

Brésil

Jour 257: 28 avril

Aujourd’hui c’est la journée des enfants. Après la routine du matin, on va déjeuner au centre commercial qui est un vrai paradis pour les enfants 😇🤗 (et un peu un enfer 😈 pour les parents.. courage! ). Il y a de nombreuses activités proposées, on en choisi quelques unes :

  • visite du musée ferroviaire et de son espace enfants (train miniature, escalade et memory)
  • location d’une voiture miniature électrique (très fun, un peu lent mais les enfants ont adoré)
  • glaces et ballons gonflables
  • achat de livres d’activités et d’un livre sur les animaux.

Brésil

Jour 256: 27 avril

Le week-end du 1er mai fait flamber les prix sur la côte. Nous trainons donc 2 nuits de plus à Curitiba avant de prendre le train touristique dimanche pour Morretes, puis pour aller en bateau mardi sur l’île au miel (itinéraire conseillé par la « Malak family » croisée à l’aéroport pour la Nouvelle Zélande et avec qui on est resté en contact). En attendant nous visitons cette ville très contrastée. D’un côté des bâtiments historiques très beaux, des infrastructures flambants neuves (magasins nombreux, arrêts de bus couverts et ventilés) mais de l’autre un sentiment d’inachevé et de vétuste (bâtiments abandonnés, parc immense avec jeux et volière magnifique mais où tout est vieillot et mal entretenu). L’ambiance qui y règne est agréable, les gens sourient en voyant Yann et Lou faire les fous.

Brésil

Jour 255: 26 avril

Journée off pour récupérer du bus… Hotel très sympa en plein centre avec un énorme petit déjeuner. On a une jolie vue du balcon.

Brésil

Jour 254: 25 avril

Au réveil, il nous reste encore 10h de bus… courage. Un petit déjeuner, un dvd, et hop déjà midi, yes… C’est marrant au Brésil les gens croient qu’on parle portugais. Tout le monde nous parle directement… sauf qu’on ne comprend rien. Le portugais est loin de l’espagnol. A l’écrit ça va un peu, mais à l’oral c’est incompréhensible 😅. Dans le bus personne ne parlait espagnol ou anglais. Dur dur de communiquer. A un moment, on change de bus, car de ce qu’on a compris il y a un problème d’embrayage. Mais après seulement 20 minutes de route c’est le drame. Le bus se met sur le côté, il n’accelere plus. On est en panne. Notre bus de rechange est en panne… misère 😣. Un dépanneur arrive et le chauffeur essaie à plusieurs reprises de repartir… en vain. Zéro information… on patiente. 3h plus tard un autre bus arrive enfin, et nous emmène à bon port avec 3h de retard donc 😓. Ce n’est donc pas 18h de bus mais 21 que nous avons faites, plus les transferts depuis notre camp au Pantanal on aura voyagé 32h porte à porte. Un peu trop quand-même. Heureusement Yann et Lou ont été sages. Mais bon on a quand même eu droit par Yann : « quand je ferai le tour du monde avec mes enfants, on ne fera pas autant de bus ». Ok, message passé 🤔.

Brésil

Jour 253: 24 avril

Ce matin, après une nuit plus tranquille, sans grattage de bouton, on part faire une promenade en bateau. Le bateau va lentement pour nous laisser voir les oiseaux et cabiaïs ou admirer le paysage. Tony, notre guide, coupe même le moteur quelques minutes pour nous laisser dériver dans le silence ou plutôt dans la musique des nombreux oiseaux… peaceful 👍 Puis les enfants deviennent capitaine du bateau et conduisent un moment 🤗. En rentrant nous faisons une petite baignade dans la rivière… oui oui celle là même où on a vu des caïmans les jours précèdents et où on a pêché des piranahs 😆. Très fun et à peine rafraîchissant, l’eau est tiède.
Après manger il est déjà temps de partir. Nous disons au revoir à notre guide et aux voyageurs croisés sur une journée (deux autrichiens, une italienne et une colombienne). On commençait à bien sympathiser, on a manqué de temps. Nous revoilà parti pour 1h de 4×4, 4h de van, plusieurs heures d’attente (4h) à la gare et plusieurs heures de bus (et oui 18h). Arrivée à destination demain 17h heure locale. On va se poser quelques jours pour récupérer 😅. On est un peu fou non ? Si peu 🙄.
Bon aller une petite devinette en attendant le bus : « Dans une gare routière:

  • A quoi reconnait-on un voyageur brésilien ? (réponse: il est en tong et porte son oreiller et sa couverture toute douce).
  • A quoi reconnait-on un voyageur de courte durée? (réponse: il a un bon gros tour de cou confortable accroché à sa valise à roulettes).
  • A quoi reconnait-on un voyageur tourdumondiste? (réponse: il a un gros sac à dos et rien de confortable! Ah si ! si il a une famille il a un pauvre oreiller fin protège-ceinture pour les enfants… et ses enfants rêvent de bébé jaguar ) 😋. Bonne nuit 🌒. »

Brésil

Jour 252: 23 avril

Ce matin c’est trek. Aïe, il est 7:30 mais il fait déjà une chaleur torride 🌞. Le début de la marche est paisible au milieu des oiseaux, on voit plein de toucans (voler ou dans les arbres tout près) mais aussi des biches, des noudoux, des chevaux, des vaches (bien maigres). Puis, il commence à faire vraiment très chaud sans ombre 🌡. Heureusement on rentre dans une petite forêt de bananier et palmiers. On en fait le tour en jouant à chercher les jaguars. En sortant de la forêt on croise pour de vrai une trace de pattes de jaguar; mais pas de jaguar en vu, dommage. Nous sommes en début de saison sèche, voir un jaguar est difficile; en milieu de saison sèche ils sont plus souvent visibles au niveau des rares points d’eau. On rentre en sueur, en portant les enfants sur la fin car il fait vraiment très chaud pour eux; ils auront finalement bien marché pendant 2h30 et craqué la dernière demi heure 😉. L’après-midi nous partons à cheval dans la savane. Nous traversons des zones inondées c’est superbe ! Les oiseaux sont tout près, les noudoux restent proche. Au retour Yann monte avec le guide et fait un peu de galot. Lou va avec l’autre guide mais celui-ci ne galope pas dommage. On passe une après midi très paisible.
À la nuit tombée on repart en camion-jeep pour un safari nocturne à la torche. On reste en voiture pour admirer les caïmans aux niveaux des ponts, ainsi que les poissons chats énormes et pirahnas. On croise furtivement un renard et un coati. Mais le clou de la soirée, on en a rêvé toute la journée arrive enfin. Par chance, et grâce à nos supers guides au regard affûté, on voit tout près du chemin 2 yeux bien ronds. La voiture s’arrête, torche en plein sur les yeux et apparaît un gros chat… il bouge, s’écarte de son arbre et là le miracle a lieu… ce n’est pas un chat, il a de très belles tâches noires caractéristiques, c’est un jaguar… un bébé jaguar. Il est adorable, il nous regarde un long moment avant de s’échapper. On recule un peu, le revoit une fois, puis il s’enfonce définitivement dans la savane. Il était seul, aucune trace de sa maman. On n’en revient pas, Yann et Lou sont aux anges. On a vu un jaguar sauvage de près, à quelques mètres, le long du chemin du haut de notre camion-jeep… Incroyable! Malheureusement personne du groupe n’a de photo. Seul notre mémoire sera garante de ce moment magique 🐆.

Brésil

Jour 251: 22 avril

Ce matin nous partons pour un safari en jeep. La jeep est en fait un énorme camion aménagé. On roule pendant 1h30 à observer les caimans, tatoos, cormorans et autres oiseaux (ibis, hérons, aras, perroquets et même un toucan), noudoux, cabiais. Super! Ensuite, on fait une pause très paisible de pêche aux piranhas; mais on n’en attrape aucun. On retentera cet après midi. On rentre par le même chemin, une piste en terre bordée d’arbres avec de nombreux ponts qui ouvre sur une savane bien plate et inondée avec de nombreux nénuphars. L’après-midi nous prenons un bateau pour une ballade très agréable sur la rivière. Pour y aller nous marchons dans la boue, pieds nus, c’est un peu dégueu au début puis finalement fun, marcher pieds nus donne un sentiment de liberté, d’insouciance à la brésilienne… On repêche un peu et nos guides attrapent deux piranhas et deux poissons chats 👍. On rentre à la tombée de la nuit, très sympa. En descendant fu bateau, on voit un caïman tout près, parfait pour les photos puis le guide essaie de l’attraper pour nous le montrer mais sans succès. La nuit est un peu rude car Mumu et Manu sont couverts de piqûres de moustiques. Heureusement Yann et Lou ont été miraculeusement épargnés cette fois.

Brésil

Jour 250: 21 avril

Arrivé à Campo Grande, nous prenons un petit déjeuner dans un hôtel (avec mini piscine pour se rafraîchir de la nuit en bus) avant de prendre un mini van pour 4h de route vers notre poussada Santa Clara. On finit en 4×4 les 22km de piste nous perdant dans la savane. Excellent. On croise plein d’oiseaux (cormorans, perroquets, aras et autres), des coatis dans les arbres, des cabiaïs comme en Guyane, des cochons sauvages. On nous surclasse dans une chambre quadruple au lieu du dortoir 👍. L’ambiance est détendue, le staff parle anglais (ouf… car le portugais est bien plus difficile pour nous que l’espagnol). Demain on commence les activités. Au programme de nos 3 nuits : safari en jeep, pêche aux pyrahnas, randonnée nocturne et diurne, bateau et cheval 😋. A suivre…

Brésil

Jour 249: 20 avril

Matinée tranquille, routine école, sacs. Notre bus pour Campo Grande est à 18h (pour un trajet de 13h).

Jour 248: 19 avril

Journée tranquille de préparation d’itinéraire, blog, lego, école.Le vol de retour en France de papi est décalé, il a donc une journée de plus pour visiter Buenos Aires tout seul. Dommage qu’il n’ait pas pu passé cette journée bonus auprès de nous.

Jour 247: 18 avril

Pour la dernière matinée avec papi (avion pour Buenos Aires à 15h) on visite les chutes côté brésilien. On a une vue d’ensemble magnifique qui complète parfaitement la visite côté argentin. On marche sur un chemin à l’ombre très agréable pour rejoindre des passerelles et même un ascenseur de verre qui mène à un superbe point de vue. Splendide. Les coatis sont bien présents comme en Argentine, et même un peu trop, car ils ont volé le sandwich de papi qui dépassait quand il a sorti sa crème solaire … trop drôle! On croise une famille française très sympa, dont les enfants font un tour du monde de 6 mois, et les parents les ont rejoint sur le même parcours que papi de Iguazu à Salta.
On a du mal a quitter l’endroit. Papi part pour son avion, nous restons pour manger et prolonger ce moment magique.
On rentre ensuite à l’hôtel préparer la suite de notre aventure. Restons nous au Brésil ou prenons nous un vol supplémentaire? Notre hôte nous conseille un camping au Pantanal. Charles du Paraguay nous en avait aussi parlé. Ok nous réservons 3 nuits au Pantanal pour la fin de semaine auprès d’un guide connu par notre hôte. On retourne un peu au Nord et à l’opposé de Rio, tant pis pour le détour, on n’a pas hâte d’arriver à notre destination finale (vol le 12 juin) 😆.

Brésil

Jour 246: 17 avril

Aujourd’hui nous avions prévu de retourner aux chutes, mais comme nous avons tout fait hier et que les sentiers restants sont fermés, on decide de se reposer un peu et d’avancer vers le Brésil. Le passage de frontière se passe bien (1€ le bus, 2 tampons, un peu d’attente car le bus ne nous attend pas au Brésil et on doit prendre le prochain, en 1h30 c’est bouclé). Nous arrivons donc pour midi, allons manger dans une cafétéria où l’on paie au poids. Drôle comme concept, où manger de la viande peut revenir moins cher que de manger des patates! L’après midi, Manu et papi Armand vont visiter le barrage Itaipu, 2ème plus grand du monde en production électrique, et frontalier entre le Brésil et le Paraguay. Le soir on se régale dans la churrascaia « Buffalo Branco » conseillée par notre hôte à un bloc de chez nous: viande au barbecue délicieuse, servie à la broche à volonté, buffet gargantuesque très bon (des sushis, des asperges, du fromage, des lasagnes, des glaces…), et un vin du Brésil délicieux! On fête notre dernière soirée autour du monde avec papi dignement 😆. Merci papi, on a passé de supers moments ensemble.

Brésil

📂 Archives : Chili/PatagoniePacifiqueNouvelle-ZélandeVietnamCambodgeThaïlandeBaliSri Lanka